Guilbo

C’est dans le garage paternel que le “petit Guilbault” s’imprègne d’un univers qui, bien des années plus tard, devient une raison de vivre. Alors que Guilbault père engage un bédéiste pour “lettrer sa remorque”, Guilbault fils, lui, se lie d’amitié avec l’artiste et en fait son mentor. À ses côtés, il s’amuse avec les pinceaux, apprend le dessin et les techniques, transformant ainsi la petite étincelle en flamme créatrice qui n’allait plus jamais le quitter.

La vie étant remplie de rebondissements, le parcours professionnel de celui qui se fait désormais appeler “Guilbo” bifurque vers l’humour, la promotion d’artistes, la direction artistique et l’animation de foule sur des plateaux télé. S’il délaisse un peu sa passion première qu’est la création, il en entretient une autre tout aussi importante : les relations humaines, le contact avec les autres.

Puis, 2013 se pointe avec ses défis et ses épreuves. La maladie marque un chapitre dans la vie de l’artiste. Avec sa fougue et sa force qui lui sont propres, Guilbo ressort de cette expérience grandie et réalise un rêve quasi inavoué : vivre de sa passion, devenir enfin artiste-peintre à temps complet.

Amant de la nature et des animaux, il sait les immortaliser de manière à leur donner une âme qui nous transporte au-delà de la toile. Guilbo est égalementt singulier dans sa façon d’aborder l’art et il aime mettre son talent et sa créativité au service de l’histoire personnelle des gens. Parce qu’il est comme ça, l’artiste au coeur géant : il rencontre ses clients, les écoute, les questionne… Tantôt psychologue, tantôt confident, il est en constante recherche de l’émotion brute, la vraie, celle qu’il exprimera, par la suite, sur le canevas. Réel canal de transmission. Posséder un Guilbo, c’est posséder, donc, une oeuvre unique tant par sa méthode de création que par son exclusivité.

Si 2013 est l’année du changement, 2017 est celle de l’accomplissement. À son insu, Maude, muse, amoureuse et partenaire, inscrit l’artiste dans un concours se tenant sur la Côte d’Azur, au profit de la lutte contre le cancer. Sur 1 400 inscriptions, Guilbo est retenu parmi les 37 derniers artistes sélectionnés. Puis, l’apothéose : il revient à la maison la tête remplie de rencontres marquantes, le cœur de fierté, avec un trophée Gemlucart, prix spécial coup de cœur du public ! C’est LA mention dont il rêvait, celle-ci s’inscrit dans sa démarche tant humaine qu’artistique.

Parce qu’il ne fait rien comme les autres et que le contact avec le public lui manquait, l’entertainer propose aussi des “live paintings”, pour vivre l’expérience Guilbo au maximum ! Porté par l’énergie de l’assistance, souvent sur trame sonore enlevante, Guilbo s’exécute dans un temps donné, amenant ainsi l’art et la fête à un autre niveau. Nourri par le challenge et l’adrénaline, la “création en direct” amène un équilibre dans la vie de l’artiste qui a autant besoin de son refuge-atelier que des foules en délire.

L’émotion, la vérité, la transparence, le respect, la vibration, le partage, l’unicité, la chaleur humaine, l’accessibilité et l’authenticité sont maintenant réunis sous un même nom : GUILBO.

PARTAGER VIA